Exposition MasKarades par Kimiko Yoshida et Ernest Dükü - Le Japon à Paris
MasKarades par Kimiko Yoshida et Ernest Dükü

MasKarades par Kimiko Yoshida et Ernest Dükü

Du jeudi 3 septembre au jeudi 29 octobre 2020

0 Partages

Une MasKarade africasie entre une photographe japonaise adoptée par le pays Dogon et un plasticien ivoirien qui, d’Abidjan à Paris, dessine l’histoire coutumière d’une Afrique symbolique avec une ferme volonté d’œcuménisme.

Tout les rapproche, l’utilisation délicate de la matière, l’histoire omniprésente sous le masque, la maîtrise du geste dans l’exécution, enfin, une esthétique universelle que chacun peut faire sienne avant de vouloir ou non lire les sous-titres conceptuels.

Théâtralité, artifice, coquetterie, faux visage, écran protecteur, barrière isolante, rien de tout cela chez ces deux artistes qui, dans un cache-cache esthétique, nous livrent par et grâce au masque une très singulière et personnelle vision de l’humanité et de ses visages à facette multiples.

Assurément contemporains, ces regards intérieurs ou croisés s’inscrivent dans la volonté de la galerie de proposer des œuvres aux messages actuels.

Kimiko Yoshida

Née à Tokyo en 1963, Kimiko Yoshida avance masquée dans l’histoire de l’art entre Paris, Tokyo et Venise. Elle affirme : « Tout ce qui n’est pas moi, voilà ce qui m’intéresse. Être là où je ne pense pas être, disparaître là où je pense être, voilà l’important. » Autrement dit, ne pas croire que l’identité, l’origine, l’appartenance soient le destin, ne pas se soumettre aux stéréotypes du genre ni aux déterminismes de l’hérédité, rejeter la servitude volontaire.

Kimiko Yoshida fait valoir les significations polyphoniques d’un art qui procède par pliages et hybridations, croisements et métissages entre le Japon et l’Europe, l’Afrique et l’Orient, le masculin et le féminin, le présent et le passé, le minimalisme et le baroque, la photographie et la peinture, l’autoportrait et la multiplicité, l’identité et les identifications, l’art et le rituel, l’espace et le temps, l’être et le manque-à-être.

Site web : https://orbispictus.art/exhibitions/maskarades

Adresse(s) : 7 rue de Thorigny, 75003 Paris (galerie Orbis Pictus)

Ouvert les mardi, mercredi, jeudi, vendredi, samedi

De 11:00 à 19:00

Laissez un commentaire sur cette exposition :

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.