Matières précieuses

Matières précieuses

Du vendredi 1er février au samedi 30 mars 2019

Organisé par : Espace Densan, Maison Wa

Présentation de trois styles d’artisanat d’excellence : takaoka-doki, onigawara et higo zogan.

Takaoka-doki par l’atelier Momentum Factory Orii

L’histoire du takaoka-doki remonte en 1611 au début de l’ère Edo (1600-1868), lorsque le clan Maeda du fief de Kaga invita sept fondeurs de métaux hautement qualifiés à venir travailler dans un atelier nouvellement ouvert. La ville de Takaoka (préfecture de Toyama) fabrique de nos jours 95 % des objets en cuivre au Japon.

Fondé en 1950 et spécialisé en coloration des objets en cuivre, l’Atelier Momentum Factory Orii a collaboré à la décoration du Palais impérial, puis plus récemment à celle de bâtiments modernes comme le Roppongi Hills à Tokyo ou l’hôtel Hyatt à Séoul.

Dirigé par Hiroshi Orii, il est le seul au monde à proposer des objets de décoration colorés en cuivre et en laiton, réalisés grâce à l’application d’une technique de coloration sur de fines feuilles laminées. Horloges, vases, plateaux et bijoux sont déclinés en de subtiles nuances dans ce matériau sophistiqué au rendu très contemporain, porteur d’un héritage culturel d’un grand raffinement.

Matières précieuses Onigawara

Onigawara par l’atelier Onifuku

L’onigawara est un type d’ornementation des toits dans l’architecture japonaise, qui représente un ogre japonais (ou oni) ayant pour mission de chasser les mauvais esprits afin de protéger les temples, les châteaux et les maisons. Équivalent aux gargouilles occidentales, ce gardien des édifices a fait sa première apparition en 1363 dans le temple Chokyu-ji à Nara.

Dans la région de Mikawa (préfecture d’Aichi), Sanshu est l’un des trois lieux de fabrication du kawara (tuiles en argile) qui s’y fabriquait déjà au VIe siècle. Le Sanshu onigawara est une technique artisanale complexe du travail de l’argile qui requiert une longue expérience.

Fondé il y a plus de 100 ans dans la ville de Hekinan, l’atelier Onifuku géré par Hiroshi Suzuki (représentant de la 3e génération), a collaboré avec de célèbres temples. En dehors de sa production d’onigawara, l’atelier conçoit des objets de décoration de couleur gris mat (ou ibushigin), idéale pour décorer et apaiser un espace.

Matières précieuses : Higo-zogan

Higo zogan par l’association Kumamoto Handicrafts

Le higo zogan ou damasquinage de Higo est un artisanat traditionnel de la ville de Kumamoto située dans la préfecture du même nom, à l’ouest de l’île de Kyushu. Initié par Hayashi Matashichi, alors au service du clan Hosokawa qui l’appliquait sur la garde des sabres et des fusils, il fit son apparition à l’ère Kan’ei (1624-1644) durant l’époque d’Edo.

Le damasquinage de Higo consiste à graver de fines rainures dans du fer pour y insérer par martèlement un motif moulé dans une feuille d’or ou d’argent pur. Symbole de l’esprit de la culture samouraï, cette technique devint représentative de l’artisanat d’art de Kumamoto, reconnu pour sa beauté élégante.

L’Association Kumamoto Handicrafts regroupe 69 artisans dont seulement de nos jours une d’artisans damasquineurs qui fabriquent de délicats objets, principalement des bijoux.

 

Les maîtres artisans viendront du Japon pour des conférences-démonstrations les 20, 21 et 22 février.

Site web : http://www.espacedensan.com/exhibitor

Adresse(s) : 8 Rue Villedo, 75001 Paris (Espace Densan, Maison Wa)

Entrée libre

Ouvert les lundi, mardi, mercredi, jeudi, vendredi, samedi

De 12:00 à 20:00

Évènements liés à l'exposition

Laisser un commentaire